La télémédecine : intéressante vraiment ? pour qui ?

La télémédecine : intéressante vraiment ? pour qui ?

Le principe a été inventé par le Professeur LARENG pour le SAMU : l’appel à un médecin spécialiste passé par le médecin du SAMU auprès d’un patient en situation d’urgence vitale.
L’évolution rapide du numérique en apporte une déclinaison : une infirmière auprès d’un malade appelle un médecin pour faire le diagnostic et prescrire le traitement.
La télémédecine est présentée comme LA solution aux déserts médicaux : puisqu’il n’y a plus de médecins dans certains secteurs (ruraux mais aussi urbains), le médecin se transporterait ainsi chez le malade, à travers une connexion internet, pour une téléconsultation. Guidée par une infirmière sur place, celle-ci serait garante du bon déroulement de cet entretien médical à distance.
La télémédecine est un outil pertinent lorsqu’elle est mise au service d’une intention médicale : le succès du SAMU est là pour le démontrer depuis 40 ans.
Par contre, quand les plates-formes commerciales ou des assureurs la voient comme un outil d’optimisation et de rentabilité accrue, toutes les craintes sont permises. Car si les consultations peuvent se faire avec moins de médecins comme dans les déserts médicaux, pourquoi ne pas faire avec moins de médecins partout ?
Une infirmière coûte moins cher à former (études plus courtes) et à rémunérer (actes moins chers).
La mutation actuelle rapide de notre système de soins français vers un système de soins à moindre coût se fait sous les coups de boutoir de l’Etat comme de l’Europe pour diminuer les dépenses publiques.
Nous consacrons de plus en plus d’argent aux dépenses de soins, car nous sommes de plus en plus malades, de plus en plus jeunes.
Malheureusement, les raisons du nombre croissant de maladies chroniques ne sont vues que sous l’angle de la responsabilité de nos comportements (alcool, tabac, alimentation, sédentarité). Rien sur la responsabilité collective des choix de mode agriculture, de transport, d’industrie chimique, de conditions de logement ou de travail !
C’est pourtant cette prévention environnementale qui arriverait à faire diminuer, et rapidement les dépenses de soins. Sans aggraver les inégalités.
Eloigner les médecins de malades pour faire des économies ne nous rendra pas moins malades !
Le détournement d’intention ferait alors de la télémédecine un véritable poison.
Nathalie FERRAND-LEFRANC

Vous informer !

S'inscrire à la News